Image Alt

Sécurité

Le vélo, qu’il soit dédié à la pratique du cyclotourisme ou à des activités cyclo sportives, doit respecter deux ou trois contraintes fondamentales et être adapté à la taille du cycliste en autorisant une position la plus naturelle possible, tenable sur des longues distances, équipé de braquets en accord avec le niveau physique et le type de pratique de son utilisateur et équipé de pneus adaptés là aussi au niveau physique, poids, et type de pratique de son utilisateur. {Ref. une étude et de nombreux essais comparatifs réalisés depuis plus de vingt ans, par l’américain Jan Heine, qui revendique d’avoir testé une grande quantité́ de pneus de marques et modèles différents}.

 Alors, quel pneu choisir ?

Pour le cyclotourisme il est possible de rechercher confort et sécurité sans affecter le « rendement ». Pour cela on peut choisir chez la plus part des manufacturiers des pneus de même conception déclinés dans les largeurs 23, 25, 28mm pour le standard 700C (Au niveau poids l’écart entre deux largeurs consécutives n’est que de 10 à 15g). Une notion à prendre en compte lorsque l’on s’intéresse aux aspects de sécurité́, de confort et d’adhérence dans les virages.

Les grandes marques comme les plus confidentielles convergent vers des produits très proches :

– l’enveloppe doit être la plus souple possible notamment sur les flancs. Pour obtenir cela il faut un tissage réalisé avec des fils de petit diamètre, c’est le fameux TPI (nombre de fils par inch2) qui doit être au moins de 90, et un caoutchouc d’enrobage le plus mince et le plus souple possible,

– la bande de roulement doit être lisse ou finement striée dans le sens longitudinal,

– Enfin, ne pas hésiter à adopter une largeur supérieure à celle que l’on utilise habituellement et une pression de gonflage plus faible.

Comment choisir sa pression de gonflage ?

>> Trop gonflé, on ressent très fortement les vibrations dues au revêtement et on perd de l’adhérence en virages.
>> Sous gonflé, on risque la crevaison par pincement et d’autant plus pour des largeurs inferieures à 28mm.

La pression doit donc être adaptée à la charge supportée par chaque roue. Afin de déterminer la répartition du poids sur les roues AV et AR on peut définir qu’une valeur de 55% du poids du cycliste pour la roue AR semble couvrir la plus part des cas, avec un écrasement sous charge de 15%  (Prendre également en compte le poids des sacoches, accessoires qui peuvent être repartis entre l’avant et l’arrière). La pression de la roue AV sera inferieure de 0.5 bar, maximum.

Ex. de pression a adopter  : Pour un pneu en 25, un cycliste de 64 kg et un vélo de 9 kg ;

>> c’est donc 55% de 73 kg (poids du cycliste + vélo + équipement) = 40 kg, ce qui correspondrait à :

>> Pour la roue AR = 5,2 bars

>> Pour la roue AV = 4,7 bars

En conclusion : Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises valeurs de pression de gonflage. Il y a seulement une pression optimum à trouver pour chacun, selon sa façon de rouler (vitesse, type de routes empruntées, sensibilité aux imperfections du revêtement).  Et, si beaucoup de sites conseillent la bonne pression il en ressort que nous roulons souvent trop gonflé !

Le cycliste est un usager de la route qui doit appliquer les règles qui concernent tout le monde. Le cycliste doit avoir un vélo en bon état et bien équipé.

Mais, que signifie bien équipé ? « Avoir les équipements obligatoires proprement dits, au premier rang desquels on compte le fameux gilet fluo jaune ou un gilet haute visibilité.

La réglementation précise : pour circuler de nuit hors agglomération ou le jour lorsque la visibilité est insuffisante, le cycliste doit revêtir un gilet haute visibilité jaune fluo, avec des bandes réfléchissantes (art. R431-1-1, passible d’une amende de 2è catégorie à 90 €).

« Alors, attention ! lors de vos sorties dans les périodes hivernales ou si vous empruntez régulièrement des routes fréquentées à l’aube ou au crépuscule, il est fortement conseillé de porter un gilet jaune afin d’augmenter au maximum votre visibilité ». (Pensez à mettre un gilet dans votre sacoche et a l’utiliser en cas de besoin).

En groupe sur la route, redoublons de vigilance !

Depuis début janvier 2019, le Cyclo Bourcain a dénombré 10 chutes, avec des conséquences plus ou moins graves, soit un taux inférieur à 10% des licenciés. L’analyse des circonstances conduit à retenir majoritairement l’inattention comme cause principale !

Sur la route, la pratique du vélo exige une vigilance de tous les instants notamment, lorsque l’on évolue en groupe.

>> vigilance sur les conditions de circulation et l’état de la chaussée

>> vigilance sur le ou les cyclistes qui vous précédent

Ne pas faire d’écart ou de changement de position sans s’assurer que cela ne vous met pas ou ne met pas tout le groupe en danger. Même si la nature est belle il n’est pas admis de voir un cyclo regarder ailleurs que devant lui quand il roule en groupe.

>> Petit rappel « il est impératif d’avoir les mains sur les cocottes, sauf si l’on se trouve en tête ». Appliquons ces consignes et nous ferons encore baisser notre « taux d’accidentologie ».

N’hésitez pas à réagir à ces articles.

À vélo, redoublons de prudence, respectons le Code de la route pour notre sécurité mais aussi par souci d’exemplarité et de comportement citoyen. En 2018 le nombre d’accidents a augmenté de 7% par rapport à 2017, passant de 404 à 434 (indice FFCT)

En détail l’analyse ….

Automobilistes, tantôt cyclistes ou piétons, nous devons faire preuve de respect, de patience et de courtoisie. À vélo, redoublons de prudence, respectons le Code de la route pour notre sécurité mais aussi par souci d’exemplarité et de comportement citoyen. 

Les conducteurs de cycles sont soumis aux mêmes règles que les conducteurs d’autres catégories de véhicules. Ils encourent les mêmes amendes et les mêmes contraventions, sauf spécification particulière (Plus sur le site Citycle). Quelques rappels du code de la route :

  • un cycliste ne marquant pas l’arrête au Stop => 135 € d’amende
  • un défaut de feu rouge allumé => 11 € d’amende
  • un défaut de sonnette => 11 € d’amende
  • etc… Il convient donc à chacun de respecter le code de la route afin d’assurer sa propre sécurité et celles des autres.

Quelques attitudes à éviter lors de nos sorties Club :

  • Cyclo roulant au milieu de la route qu’il faut souvent rappeler à l’ordre
  • Cyclos roulant à trois de front ou en paquet inorganisé
  • Cyclo remontant la file alors que les circonstances de circulation ne le permettent pas (en ville ou sur route à grande circulation par ex.)
  • Cyclo roulant au milieu du groupe et qui n’a pas les mains sur les cocottes. Si ça freine devant lui, il n’aura pas le temps de récupérer les freins, il touchera le cyclo qui le précède et la suite, c’est la chute !
  • Cyclo qui prend son bidon et qui n’a pas l’autre main sur le frein.
  • Cyclo qui change de file et qui fait le « yoyo » sans se soucier de celui qui le suit.

« Nous commettons beaucoup d’erreurs en roulant, sans forcément en avoir conscience alors, redoublons de vigilance et efforçons nous d’appliquer les bonnes attitudes ».

N’hésitez pas à faire remonter vos propres constats pour enrichir cette rubrique.

FFCT Sécurité

La FFCT comme le Codep26 recommandent une meilleure sécurité pour tous les cyclos. Les chiffres sont là, en 2018 une forte augmentation des déclarations d’accident démontre qu’il y a encore bien des progrès à faire !
Christian s’est porté volontaire pour être notre « Cyclo sécurité »

Côté déclaration d’accident :

Si toute déclaration d’accident (matériel ou corporel) peut être effectuée directement par le licencié sur son espace personnel dans le site de la FFCT, il est aussi important de lui faire remonter l’information.
Il pourra vous aider dans l’établissement de la déclaration, la relation avec l’assurance et sera comptable des situations, des causes d’accidents pour les organisations du Dpt (Codep 26).

Côté éthique :

Le cyclotourisme est un sport de découverte qui se pratique à tout âge. Il est un formidable lieu de rencontre, d’échange et de culture entre citoyens soucieux de l’animation et de la vie associative.

Côté médical :

Il sera également là pour rappeler l’importance de faire un examen sérieux avec test à l’effort tous les deux ou trois ans suivant l’âge.

Côté technique :
Il va de soi que rouler avec une machine en bon état sera également une assurance pour chacun.

Côté sorties :
Il sera également là pour rappeler les consignes du « bien rouler en groupe », avec notamment la constitution des groupes au départ de la Mairie (d’une dizaine de cyclo au maximum). Que l’infrastructure routière empruntée est un espace partagé. Que chaque cyclo soit dans un groupe de son niveau et connaisse son « capitaine de route ». Que chacun connaisse l’itinéraire du jour.

Ce qui est obligatoire : une sonnette dont le son doit être audible à 40 mètres, deux freins en parfait état de fonctionnement, des catadioptres latéraux orange, à l’avant et sur les pédales et rouge à l’arrière.
Également obligatoire de nuit, ou de jour par mauvaise visibilité, un éclairage avant émettant une lumière jaune ou blanche, un feu rouge fixe à l’arrière.
Ce qui est conseillé : un rétroviseur placé sur le guidon, un antivol.
Conseils : vérifier l’état de son vélo avant l’utilisation ; les pneus sont-ils bien gonflés ? la selle et le guidon sont-ils bien serrés ? Les roues sont-elles bien bloquées ?

Porter des vêtements clairs, éviter écharpes trop longues, sac en bandoulière, ne pas écouter son lecteur audio en roulant, ni utiliser son téléphone portable, porter des chaussures à semelles antidérapantes et des gants cyclistes, utiliser un gilet rétro-réfléchissant de nuit ou par temps gris.

À vélo, redoublons de prudence. En toute première règle, respectons le Code de la route pour notre sécurité mais aussi par souci d’exemplarité et de comportement citoyen. Si nous voulons être respectés sur la route, on ne peut se permettre aucune liberté avec les feux, les stops et les priorités ! Positionnons-nous clairement sur la chaussée. Utilisons les aménagements cyclables spécifiques (bandes, pistes). Affirmons clairement nos intentions et évitons tout changement brusque de direction. Tendons le bras pour indiquer que nous allons tourner, à gauche ou à droite, et assurons-nous que notre manœuvre soit bien comprise par les automobilistes. Protégeons-nous ! Portons un casque à coque rigide bien utile en cas de chute, des lunettes de protection et des gants cyclistes. Évitons tout freinage brusque et gardons une distance de sécurité entre chaque cycliste. Jamais à plus de 2 de front. Sur une route étroite, replaçons-nous en file simple en cas de dépassement par un véhicule. Prévenons des obstacles placés sur la route (trous, gravillons). Informons les autres cyclistes qu’un véhicule va doubler par une consigne verbale (droite derrière) ou qui vient en face (droite devant). En cas de problème mécanique ou crevaison : ne jamais s’arrêter sur la chaussée mais sur le côté droit de l’accotement !

Image-4

Pratiqué régulièrement et sans esprit de compétition, le vélo c’est la santé !

BANNIERE-FACEBOOK_JEU-SANTE